Thursday, October 30, 2008

Est-ce science, ça?

Il y a des questions qui sont proprement dit scientifiques. Dont la science a des réponses correctes.

Deux est à la fois la moitié et la racine carré de quatre.

Charbon a quatre valences de liaison, Azote trois, Oxygène deux et Hydrogène une seule. Pour soufre et fer il y a des états où ils ont un nombre des valences et des états où ils ont un autre.

Les hommes ont 46 chromosomes, un homme qui manque totalement un chromosome ne naît pas*, un homme qui en a 47 est malade. Les chromosomes sont repartis en 23 pairs (la repartition en pairs, chaque chromosome ayant ses responsabilités en combinaison avec normalement un autre, s'appelle diploïdie), dont un pair est responsable du sexe. Un homme de 47 chromosomes en a trois dans un des pairs (trisomie). Si c'est le pair responsable pour le sexe et si la combinaison est XXY, il y a un homme atteint du syndrome de Kleinfeldt, il aura peu de barbe et pas d'enfants. Dans un certain autre pair, s'il y a trisomie, l'atteint a le syndrome de Down, il ne devient jamais vraiment adulte de mentalité, ce que ne l'empêche pas d'avoir d'enfants, même normaux.

Un gorille a 48 chromosomes en 24 pairs. Les chromosomes des mammifères vont toujours en pairs (a part les trisomies, qui sont malformations), tandis que chez les plantes et les salamandres il y a des exemplaires parfaitement fertiles et normaux avec des groupes en quatre (tetraploïdie) ou huit (octoploïdie). Les oiseaux, reptiles et les groupes déjà évoqués (sauf biensur les mammifères) ont des femelles triploïdes (3*12, 3*7, 3*24 et c) qui sont incapables de se reproduire par voie sexuelle, donc soit autofertilisées/clonées, soit infertiles. Et ça c'est déjà très rare, la diploïdie étant la norme hormi chez les plantes. Chez les mammifères cette norme n'a pas d'exception connue.

La lumière blanche peut être refracté dans un faisceau des lumières colorées, comme par un prisme ou par des gouttes d'eau. Par une lentille plutôt platte, la refraction porte peu sur la couleur, davantage sur l'angle, et il y a dispersion ou focalisation de la lumière.

La lumière du soleil chaffe des surfaces noires sur lesquelles elle tombe directement.

Sur le niveau de la mer, l'eau bouille à 100° et gèle à 0° C -- ça c'est à la fois la définition de ces températures, donc de toute l'échelle Celsius, et un fait sur l'eau. Si on va dans les hautes montagnes, où l'air se rarifie, l'eau va bouillir à peut-être déjà 80° -- et il va prendre davantage de temps pour faire la même cuisson qu'ici-bas. Si enversement on augmente la pression par un autocuisseur, l'eau va bouillir à peut-être 110° ou 120°, et la cuisson va plus vite ou on économise le feu.

Cette principe est aussi la cause pourquoi les geysirs éruptent: l'eau sous-terrain, a un profondeur de peut-être dix mètres, a une pression beaucoup plus élévée que celle à côté de la mer, donc un point d'ébullition plus élévée aussi. Quand le sol volcanique aura suffisamment chauffé l'eau, les bulles de vapeur baissent la pression avec le point d'ébullition, et beaucoup d'eau se trouve audessus de celui-ci: par là un développement très soudain d'évaporisation, par là l'explosion de vapeur dans les masses d'eau, et l'éruption du geysir.

Tout cela relève de la science, qui se borne à étudier le toujours et partout répétable. Les geysirs il y a en Icelande comme à Yellowstone National Park et cela depuis milliers d'années. Mais vous ne pouvez pas être aux deux endroits à la fois, c'est votre géographie personnelle si vous êtes en Icelande ou à Yellowstone ou dans un fauteuil d'avion ou un fauteuil à maison quand vous lisez ces mots. Tout comme c'est votre histoire si vous avez fait bouillir de l'eau hier ou pas. Tout comme c'est de l'histoire s'il y a eu un miracle ou pas, a tel ou tel endroit. Ce sont des circonstances concrètes dans des cas particuliers, et comme telles ne concernent pas la science.

Et la médicine? La médicine n'est pas une science pure, c'est aussi un art, une science appliquée à un but pratique concret. Par là la médicine s'occupe des circonstances concrètes des patients, et par là aussi la médicine peut constater des miracles, comme St Luc (il était médecin de profession) a constaté un mort et une resuscitation d'un garçon qui était tombé de la fenêtre, selon ce qu'il nous écrits lui-même dans les Actes des Apôtres. Ces constats - des choses banales comme la gale ou des choses extraordinaires comme des miracles, le médecin les fait en tant que personne humaine concret avec ses observations personnelles et -- selon ce qu'il demande au patient de coopérer -- selon la mémoire personnelle du patient. Ses observations il les fait directement à proximité, la mémoire du patient vient de proximité observée ou vécue directement dans son passé.

Ceux qui prétendent refaire ou reconstruir l'histoire de la terre ou de l'humanité ou sa position dans l'espace à partir de leurs préconceptions philosophiques, ni ils ne sont scientifiques (science n'étant pas histoire ou géographie), ni ils ne se basent directement sur observation à proximité: leur "histoire pré-historique" et leur "géographie céleste" de la terre n'a que trop peu de la science ou de l'observation directe à proximité pour convaincre comme des certitudes, surtout certitudes scientifiques.

Darwin et Galilée étaient en effet des scientifiques tous les deux, mais leur oeuvres les plus connues ne sont pas scientifiques. Pourtant un peu partout dans l'occident l'un se fait prétendre remplacer une histoire créationniste et diluvienne repandue un peu par toute la terre, connue dans une version très détaillée et cohérente dans la Génèse: l'autre l'observation directe, quant-à la terre même à proximité, pas juste d'un homme mais de tous les hommes. Ne pas les connaître, c'est s'isoler de la culture moderne, c'est mal comprendre celle-ci; les croire, les prendre pour de la science, c'est mal comprendre et par suite s'isoler de toutes les autres, y compris l'occidentale prémoderne.

Hans Lundahl
Nice, vendredi 13 juillet 2007


pour discuter, voir Est-ce science, ça?, se connecter et clicquer sur "repondre"


No comments: